Accompagner son enfant anxieux, c'est possible!

On ne se le cachera pas, nos enfants ont un quotidien très exigeant de nos jours. Malgré les choix que nous faisons pour les exposer au moins de stress possible, il n’en reste pas moins que certains enfants sont plus “à risque” de s’inquiéter, voire de faire de l’anxiété.

L’anxiété était pour moi un concept très abstrait jusqu’à ce que notre petite famille commence à vivre des situations moins communes: déménagement, absences prolongées du parent militaire et restriction imposée. Au fil de mes recherches pour aider mes enfants, j’ai découvert différents outils et livres qui m’ont permis de voir différemment leurs réactions et surtout d’arrêter de le prendre personnel.

CONSULTATION AVEC UNE TRAVAILLEUSE SOCIALE AU CENTRE DE LA FAMILLE

Grâce à mes rencontres avec ma TS du Centre de la Famille à Valcartier, j’ai pu exprimer ce que je pensais tout bas lors de situation plus difficiles. L’absence de jugement m’a fait le plus grand bien, car une fois ces pensées extériorisées, j’ai pu prendre du recul vis-à-vis celles-ci. Nous avons ensemble établi un plan d’intervention afin de se donner une ligne directrice lors de nos rencontres. Mon principal besoin étant de m’outiller afin de composer avec la nouvelle réalité qui s’imposait à nous, nous avons travaillé sur différents aspects personnels qui me donnaient du fil à retorde et nous avons discuté des services disponibles dans la région. Grâce à ces rencontres, j’ai réalisé qu’un enfant anxieux aura tendance à l’être davantage lorsqu’un de ses parents montre des signes de stress ou d’anxiété. J’ai donc concentré mes efforts à être moi-même en meilleure relation avec la situation. Comme par magie, une grande partie des difficultés auxquelles nous faisons face se sont résorbées d’elles-mêmes.

Pour connaître les différents services offerts par vos Centre de la Famille respectifs, je vous invite à visiter le tout nouveau site web de la Communauté FAC. De plus, il est possible de téléphoner à la ligne d’information des familles au 1-800-866-4546 accessible 24/7.

LES OUTILS POUR SE CHANGER LES IDÉES OU SE CALMER AVEC SON ENFANT

Après différents essais tentatives pour aider mon enfant, j’ai remarqué que ce qui l’aide beaucoup est de se changer les idées, de prendre le temps de faire le vide dans sa tête. Le moment que nous privilégions pour le faire est au moment du coucher. Ainsi, il lui est possible de s’endormir dans un court laps de temps et d’avoir un meilleur sommeil. Nous avons essayé différentes choses: jeu à l’extérieur, cohérence cardiaque, méditation, yoga. À ceci, on pourrait ajouter le EFT tapping, la sophrologie et la visualisation qui pourraient être à considérer pour prendre une pause des pensées qu’il puisse avoir.

Pour le moment ce qui fonctionne le mieux pour nous est le jeu à l’extérieur et la méditation pleine conscience. Jouer dehors est reconnu pour ses bienfaits. J’ai remarqué que lorsque mon enfant passe davantage de temps à profiter du grand air, il est plus calme et posé une fois à l’intérieur. J’ai remarqué qu’il se faisait des jeux manuels du genre la mine de diamants ou de tailler un morceau de bois par lui-même, ce qui fait d’ailleurd partie de la pédagogie Waldorf-Steiner.

Nous avons essayé le programme pour enfant de l’application PetitBambou et, très rapidement, mon grand l’a adopté. Il aime bien les vidéos en début de séance et la méditation qui s’en suit. Je le trouve plus calme depuis que nous en faisons plus régulièrement, enfin on essaie d’être régulier.

Et vous, quels sont vos trucs pour apprivoiser les périodes plus anxieuses ou stressantes?

 

Quand papa n'est pas là: l'adaptation

L’adaptation est partout. Dans chaque étape importante de notre vie, il y a un changement qui nous amène à nous adapter. À plus petite échelle, cette capacité de s’adapter est davantage nécessaire pour les militaires et leurs proches.  Pourquoi? parce que la vie militaire implique beaucoup de changements tout au long de la carrière du militaire: formations, entraînements, exercices, missions ou encore mutations. Les formations, les entraînements, les exercices et les missions engendre l’absence du militaire du milieu familial pour une durée variable. Avant/pendant/après les départs, chaque membre de la famille aura à s’adapter à la nouvelle réalité qu’il vivra. Tout dépendant de notre attitude et notre vécu antérieur face à un tel événement, cette adaptation sera plus ou moins facile. Pour certains, l’adaptation se fera très facilement, mais pour d’autres, il se peut qu’ils le vivent tel un deuil de petite envergure.

Les outils disponibles

Les différents Centre de la famille militaire ont pour mission d’aider les familles à mieux vivre avec les défis que le mode de vie militaire leur impose. Une ressource très utile pour les familles est la production de brochure et d’outils pour aider les gens à se familiariser avec les situations qu’elles vivront et à se préparer aux moments d’absence.

Pour les conjoints

Lors qu’une absence s’annonce, il y a toujours un certain choc qui peut être vécu. Vient alors notre habileté à adopter un niveau de résilience approprié vis-à-vis la situation. Le Centre de la famille de Valcatier a mis en ligne plusieurs ressources très utile en vue de se préparer à cette absence. Le premier document que je vous proposerais serait celui de l’atelier Préparer le départ qu’ils ont offert en décembre 2015. Ils y présentent les principaux points à tenir en compte lors du vécu de la vie avec un parent “solo”.

Pour davantage d’information, la brochure Le coffre aux trésors – Milles et un trucs pour bien vivre une absence. Dans cet ouvrage créé en collaboration avec des conjointes de militaires ayant vécu de nombreuses absences, on soulève le faire qu’il est important de se préparer avant/pendant et après l’absence, qu’elle soit prolongée ou non. On ne se le cachera pas, dès qu’une absence arrive, ne serait-ce que de quelques jours, la routine vient à être changée et la réaction à ce changement sera propre à chaque individu. Le coffre aux trésors vient donc informer la parent qui aura à tenir le fort lors de l’absence tout en donnant des trucs pour bien préparer chacune des étapes liées à cette situation.

départ

Pour les enfants

Puisque les enfants réagissent de manière particulière selon leur âge et leur niveau de développement émotionnel, des livres et outils ont été créé spécialement pour eux. La maman de Jojo s’absente est un livre qui raconte l’histoire de Jojo dont la maman quitte la maison pour aller construire un barrage chez sa soeur. L’histoire relate donc le vécu et le senti de Jojo à partir du moment où il apprend que sa maman partira jusqu’à ce qu’elle revienne à la maison.

Pour les situations de déploiement à l’étranger, Un père dont on peut être fier présente le pré-déploiement aux enfants par l’entremise de l’histoire de Jason et Sheila, dont le papa part pour 6 mois en mission comme casque bleu. Pour les enfants plus vieux, un journal du déploiement est offert. Tel un journal intime dans lequel on interagit avec Alex, un enfant de militaire qui vit lui aussi un déploiement, il est possible d’y écrire son vécu à travers une discussion avec celui-ci. Ce journal peut être très utile si jamais l’enfant a tendance à se sentir seul dans sa situation ou à se sentir “fou” ou “bizarre” puisqu’il ressent des choses que la majorité des jeunes de son âge ne vivent pas.

Et le militaire dans tout ça?

Lors d’absences pour le travail, chaque militaire vivra les périodes préparatoires et de retour à sa façon. Certains auront une routine d’avant départ qui s’échelonnera sur une semaine tandis que d’autres prépareront leurs valises la veille à la course. Il se peut qu’ils veuillent s’isoler à la maison ou qu’ils désirent voir des gens avant ou au moment du départ. Je crois que l’important est d’écouter nos besoins et de les respecter afin de vivre la transition de manière la plus douce possible. Au fil du temps et des expériences, il est aussi possible que les préférences de chacun changent, ce qui marque une évolution normale chez l’individu.

3

La morale de cette histoire

Peu importe la situation qui s’impose à nous, il est important de se respecter chacun de son côté et d’écouter ses besoins mutuels. Une bonne communication est essentielle afin de vivre ces défis que la vie militaire met sur notre chemin le mieux possible, pour chacun des individus de la famille. N’oubliez pas que l’aide est disponible et que c’est un signe de force que de demander de l’aide lorsque nécessaire.

Bonne chance!

fullsizeoutput_263b