Retour à la routine: accepter à nouveau sa situation

Le Fêtes, le moment parfait pour déconnecter, refaire le plein de sommeil et profiter des moments en famille qui s’offrent à nous. C’est aussi le moment parfait pour oublier notre réalité!

Cette année papa a choisi de prendre un mois de vacances pendant les Fêtes. Je trouvais ça beaucoup considérant le fait que nous sommes l’hiver, mais nous en avions vraiment besoin. Grâce à ce mois, j’ai pu dormir! Me reposer et recharger mes batteries avant de recommencer la nouvelle année.

Au retour des Fêtes, j’ai été dans une espèce de période de déni: je ne voulais pas croire que la routine allait reprendre et que nous allions encore être séparés de papa pour la prochaine demie année. Il faut être réaliste, les maisons ne se vendent que très rarement pendant l’hiver et souvent les prises de possession sont en juin/juillet. Ainsi va la vie comme on dit.

Mais, on doit un jour ou l’autre faire face à la réalité et l’accepter. Pour me permettre une transition tout en douceur, je n’ai fait aucun bilan d’année et je ne me suis fixé aucun objectif pour l’an à venir. J’ai simplement pris le temps de recommencer cette routine et de m’y acclimater. J’ai pris le temps de vivre cette transition sans attente de performance de ma part. Le simple fait de me laisser du temps, de l’espace et une marge de manoeuvre m’a grandement aidée à rester zen. La transition s’est donc fait doucement sans réaction autant du côté des enfants que de celui de la maman.

Peu à peu, j’ai repris le goût de me donner un but (autre que celui de vendre la maison puisque je n’ai aucun contrôle sur ceci) pour moi, pour m’amener à penser à autre chose qu’au fait d’être maman solo sur semaine. J’ose donc espérer avoir la possibilité de prendre le temps pour travailler sur mes propres projets, soient la rédaction sur Ma vie avec mes pissenlits et peaufiner mon offre de services de LilyAcademix.

Retour à la routine: accepter à nouveau sa situation

Le Fêtes, le moment parfait pour déconnecter, refaire le plein de sommeil et profiter des moments en famille qui s’offrent à nous. C’est aussi le moment parfait pour oublier notre réalité!

Cette année papa a choisi de prendre un mois de vacances pendant les Fêtes. Je trouvais ça beaucoup considérant le fait que nous sommes l’hiver, mais nous en avions vraiment besoin. Grâce à ce mois, j’ai pu dormir! Me reposer et recharger mes batteries avant de recommencer la nouvelle année.

Au retour des Fêtes, j’ai été dans une espèce de période de déni: je ne voulais pas croire que la routine allait reprendre et que nous allions encore être séparés de papa pour la prochaine demie année. Il faut être réaliste, les maisons ne se vendent que très rarement pendant l’hiver et souvent les prises de possession sont en juin/juillet. Ainsi va la vie comme on dit.

Mais, on doit un jour ou l’autre faire face à la réalité et l’accepter. Pour me permettre une transition tout en douceur, je n’ai fait aucun bilan d’année et je ne me suis fixé aucun objectif pour l’an à venir. J’ai simplement pris le temps de recommencer cette routine et de m’y acclimater. J’ai pris le temps de vivre cette transition sans attente de performance de ma part. Le simple fait de me laisser du temps, de l’espace et une marge de manoeuvre m’a grandement aidée à rester zen. La transition s’est donc fait doucement sans réaction autant du côté des enfants que de celui de la maman.

Peu à peu, j’ai repris le goût de me donner un but (autre que celui de vendre la maison puisque je n’ai aucun contrôle sur ceci) pour moi, pour m’amener à penser à autre chose qu’au fait d’être maman solo sur semaine. J’ose donc espérer avoir la possibilité de prendre le temps pour travailler sur mes propres projets, soient la rédaction sur Ma vie avec mes pissenlits et peaufiner mon offre de services de LilyAcademix.

Ça y est, un autre changement! – ou apprivoisons la restriction imposée

Ce printemps, mon conjoint a eu son message de mutation. Nous retournons à Kingston! Malheureusement, nous avons pas encore réussi à vendre notre superbe maison encore et son affectation débute lundi prochain…

img_0076

Nous n’avons donc aucun autre choix que de rester pendant que papa part travailler à 6h de route. La route se fait quand même bien. Normalement, il reviendra la majorité du temps des fins de semaine afin qu’on puisse avoir un minimum de vie de famille complète. C’est une réalité différente que nous allons vivre, car ce sera une nouvelle routine pour tout le monde. Les absences de papa selon un rythme régulier (reste à voir s’il devra partir en exercice sur une longue période une fois rendu là-bas!) seront quelque chose que nous aurons à nous habituer. À chaque dimanche, ce sera un départ pour la semaine. À chaque vendredi, ce sera une arrivée pour un petit deux jours.

J’essaierai de nous faire une petite routine réconfortante. Je vais essayer de faire plus de yoga avec les garçons pour tous nous relaxer. Ils aiment ça. Certaines positions leur donne un défi et d’autres les font rire. Ils sont inscrits à la natation. Notre horaire devrait me permettre d’être disponible afin que tout puisse se passer sans trop de stress lorsque vient le temps de se laver et se sécher après la baignade des deux plus grands, car celui du plus petit termine 30 min avant les leurs. Reste à voir si ça va fonctionner comme je pense ou non.  Nous ne compterons aucun dodo avant les retours de papa puisque cette méthode semble allonger le temps! Nous vivrons la vie en accueillant papa lorsqu’il arrivera en lui préparant des surprises une fois de temps en temps. Est-ce que ce sera la fête chaque vendredi? J’ai hâte de le découvrir!

départ

J’espère que nous serons tous en mesure de vivre cette nouvelle vie le mieux possible. Je vais surement devoir puiser dans mes ressources acquises pendant ces deux dernières années afin de laisser aller et venir mes pensées moins jojo sans qu’elles m’affectent, de lâcher prise au bon moment, de rester zen lors des situations moins évidentes et de ne pas m’attendre à certaines situations déjà vécues (vous avez déjà entendu de l’effet pygmalion?). Vais-je réussir au final? Je crois bien, reste à voir comment tout ça va se dérouler.

Je fonce donc confiante, avec tout de même une petite réserve, vers ce nouveau défi qui nous attend. En espérant qu’il ne soit que d’une durée respectable!