Semaine 1 de monoparentalité / Living without daddy: first week

An english version will follow

Voilà maintenant une semaine que mon conjoint a quitté pour le travail. La durée de son absence n’est pas encore très définie dépendamment de différents facteurs. Normalement, il devrait quitter pour une durée de 4 à 6 semaines.

pausemeritee

Surprennament, les choses se passent relativement bien.  Les enfants réagissent relativement bien. Il faut dire que je m’attendais à des situations problématiques plus fréquentes en raison du changement de saison et du départ de papa. L’an dernier, nous avions (ou plutôt j’avais) trouvé ses absences difficiles. Déménagement, adaptation à la nouvelle vie, absences de papa, changements d’adresse et j’en passe. Nous étions tous en réaction face au changement, ce n’était donc pas de tout repos. Avec du recul, mon attitude face à tout ceci a été une grande influence sur la position de tout le monde dans la situation. Mon humeur dictait celles des enfants. Heureusement, j’ai été chercher de l’aide du côté du Centre de la Famille de Valcartier et ils m’ont grandement aidé. J’ai eu accès à une travailleuse sociale qui m’a permis de ventiler et de relativiser les choses. De prendre conscience que ce n’est pas grave si le linge à plier traîne depuis une semaine dans les paniers et qu’il est important de prendre du temps pour soi, en faisant garder les enfants si cela s’avérait nécessaire. Grâce aux moments de répit, j’ai pu reprendre le dessus sur mon humeur et sur ma to-do list. J’étais donc moins stressée et plus ouverte envers mes propres enfants.

Cette année, c’est complètement différent.

« On apprend de nos erreurs » à ce qu’on dit.

Je ne m’empêche pas de prendre du repos pour décompresser et la pile de linge dans le salon ne me stresse plus. J’ai préparé beaucoup de repas d’avance et je les ai mis en conserve (pas de décongélation, c’est merveilleux!). Je sais donc que j’ai du « lousse » si jamais je suis prise dans le temps. L’automne a été particulièrement occupé, mais cela m’a permis de m’enlever un poids sur les épaules pendant que je serai seule à la barre de la maisonnée. Je fais du bénévolat au Centre et j’aide l’organisatrice des Collations Santé Portneuf avec sa page facebook pour échanger avec des adultes et sentir que j’accomplis quelque chose de concret à l’extérieur de la maison.

Être parent à la maison est un choix, tout comme aller travailler tous les matins, il comporte son lot de compromis et  d’irritant comme tout autre chose dans la vie.

Oui, la vie va vite, mais on garde le cap et on espère que la tendance se maintiendra.

Seul le temps saura nous le dire…

En attendant l’article de la semaine prochaine, visitez la description de la catégorie Vie.

It’s been a week since hubby went away for work. For different reasons, we don’t know yet the duration of his leaving, but it’s suppposed to be between 4 and 6 weeks.

Surprisingly, everything goes on pretty well. Kids are reacting pretty well. I should admit that I was expecting more tantrum and problematic situations due to change of season and daddy’s departure. Last year, we struggled ( in fact, I struggled a lot) when he left. The moving, our adaptation to our new life, living without daddy, change of address and much more. Everyone was reacting to the change so it wasn’t easy for anyone. With a step back, my attitude toward the situation influenced everyone’s feeling in the situation. My mood was guiding the kid’s one. Hopefully, I went to the Valcartier Family Center and they helped me a lot. I had the chance to have an appointment with a social worker to talk with and put things into perspectives. I realized that it is okay to have a week of unfolded clothes waiting for you in their basket and that it is important to take some time for yourself, having the kids babysit if needed.  Thanks to respite care, I took control my mood as well as my to-do list. I was less stressed and more open-minded with my children.

This year it’s completely different.

« We learn from our mistakes » as they say.

I don’t hesitate to rest and the laundry in progress doesn’t bother me anymore. I prepared a lot of preserve meals (no need to taw, that’s wonderful!). I know that I have back up plan in I am in a rush for some reason for lunch or dinner. I had a pretty busy fall but I feel like a big weight has been taken off my shoulders now that I am at the helm of the house. I do volunteering at the Family Center and I help the project Collation Santé-Portneuf with its facebook page so I can exchange with adults and feel like I contribute to my community.

 Being a stay at home parent is a choice, as well as go to work, and it has it pros and cons as every other things in life.

Yes, life goes on fast but we keep the beat wishing that it will continue that way.

Only time will tell…

While waiting for the next week post, you can have a look at Vie category description.

Publicités

5 réflexions sur “Semaine 1 de monoparentalité / Living without daddy: first week

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s