Semaine 3 de monoparentalité: Des idées pour communiquer avec papa qui n’est pas là

Cette semaine, tout se met en place naturellement.

perfection fr

L’ambiance dans la maison est calme, relax. Je prends le temps et ça fait toute la différence.  Je vois les réactions des enfants avec résilience (oh la résilience, ce terme a le droit à un post à lui seul!) et je prends du temps pour moi.

Du côté de la maman

J’ai été jasé avec ma travailleuse sociale, juste parce que… Imaginez-vous donc, elle a réussi à m’ébranler malgré tout, mais ça fait toujours du bien de faire sortir le méchant une fois de temps en temps.  J’ai été ensuite m’entraîner un peu et j’ai terminé ça dans le sauna du vestiaire (à défaut d’aller au spa, ça été un 10 min très relaxant).  Je continue de jouer de la musique, même si c’est beaucoup d’énergie et de déplacements pour une soirée de semaine. Ça me permet de me changer les idées de toutes mes responsabilités. Une seule chose à faire: essayer de jouer du mieux que je peux (même si je ne prends pas le temps de pratiquer…). Et pendant la journée, je recommences à prendre un peu plus de photos et de vidéos des enfants, chose que j’avais négligée depuis un certain temps.

Je suis occupée certes, mais je crois que j’en ai besoin. Le soir quand je dors, je dors! Et en suivant mes 5 trucs pour survivre sans papa, ça fait toute la différence pour toute la famille.

Du côté des enfants

Les enfants vont tous bien. Ils me demandent mois la télévision et c’est bon signe! Ils jouent bien ensemble par moments, moins bien par d’autres. Globalement, je sens par contre qu’ils se rapprochent les trois les uns des autres. Plus fréquemment, ils s’adonnent tous les trois ensemble à une même activité, chose qui n’arrivait pas si souvent (le plus vieux ayant 5 ans et le dernier 1 an et demi). Qu’est-ce qu’on fait quand l’ambiance dans la maison est bonne?

On sort de la maison! Puisque maman est à la maison, nos déplacements sont budgétés. Normalement, nous faisons notre sortie hebdomadaire le mercredi et ça s’arrête là. Cette semaine, nous avons donc fait un spécial: nous sommes allés aux Galeries de la Capitale faire des manèges avec ma soeur. Ça tombait bien, les manèges étaient gratuits lundi à mercredi 17h à 21h. Étant deux familles, nous avons pu séparer les grands des petits pour que chacun s’amuse à son goût. En plus, ça aide la maman côté gestion. Merci la soeur! Donc arrivée aux Galeries, souper sur place avant les manèges. Nous nous sommes séparés pour mieux se retrouver et finir la soirée dans la grande roue.

Les enfants étaient heureux, la maman était heureuse et je suis certaine que ‘matante » et « mononcle » aussi!

Suite à notre sortie, je croyais que les boys auraient aimé raconter leur soirée à leur père, mais en leur demandant, ils me répondaient négativement. Il faut dire qu’ils ne veulent pas trop parler à papa quand l’opportunité se présente ces temps-ci. Il faut préciser ici que le timing à 5h de décalage est rarement le même avec notre routine quotidienne. C’est une nouvelle réaction de leur part. Ça me déçoit, mais papa me dit que c’est normal et il a tout à fait raison.

Comment communiquer décalage horaire en prime?

  1. Grâce à FB ou au courriels, on envoie des photos à papa de bricolages, des enfants, etc.
  2. On lui fait même des notes vocales par Messenger. (On n’entend pas toujours super bien l’enregistrement, mais je profite des moments pendant lesquels les enfants veulent jaser quand ils passent.
  3. On trouve des mots de papa dans la maison une fois de temps en temps. (Je lui ai demandé d’en écrire une dizaine avant de partir). J’en sors un à l’occasion et je m’organise pour qu’ils tombent dessus ou je leur dis que j’en ai vu un et le cherchent.)
  4. On écrit des petits messages à papa: les garçons me les dictent et je les écris. On les envoie soit par réseaux sociaux ou courriel.
  5. On fait une carte pour donner à papa à son retour (chut, il ne faut pas lui dire 😉 )
  6. Lors de missions ou d’exercices plus longs, le centre de la Famille offre aussi le service d’envoi postal aux militaires, mais dans notre cas ce n’était pas possible.

Ce que je remarque dans ces communication est un message de mon vieux qui revient relativement souvent:

Papa, je t’aime, pourquoi t’es parti? ok, bye.

 C’est certain qu’il sait pourquoi papa est parti. Je crois que dans son message, il essaie de dire: je m’ennuie de toi, mais qu’il ne sait pas comment ou ne veut tout simplement pas se l’avouer. Un jour, il saura peut-être la signification de cette phrase…

En attendant le prochain article, n’hésitez pas à visiter mes autres articles de la série « Vivre quand papa part loin pour le travail »: 5 trucs pour survivre sans papa et première semaine sans papa.

Vous pouvez aussi me suivre sur FacebookInstagram et Twitter @lilyandhertoes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s