Vie militaire

C’est rare que j’en parle sur mon blogue depuis que je l’ai créé,mais aujourd’hui j’ai le goût!

Qui dit vie de famille militaire dit une réalité différente de la plupart des familles civiles. Depuis cet automne, nous y sommes très concrètement. Papa s’entraîne cette année pour un éventuel déploiement dans un futur possiblement proche (on parle à l’échelle d’une année ici).

Nous sommes de retour dans notre province native depuis septembre 2014. Oui, nous sommes revenus en terrain connu, ça peut sembler rassurant. Non, notre situation est totalement différente, qu’elle pouvais l’être avant notre première mutation. Autant j’étais enthousiaste à notre déménagement en Ontario, autant j’étais réfractère à notre retour au Québec. Pour beaucoup de raisons que je ne nommerai pas exhaustivement, ce changement a été relativement difficile pour moi. Les principales étant le gros changement de la routine quotidienne et les absences prolongées et relativement récurrentes de papa entraînant de continuelles adaptations pour tous les membres de la famille.

Nous avons eu une chance incroyable, car pendant 3 ans, nos enfants étaient en mesure de voir leur papa tous les soirs et fins de semaine la majeure partie du temps. Puisqu’il travaillait à l’école de formation de son métier, il n’était pas déployable. Ce qui veut dire aucun exercice prolongé ni aucune mission. Pour un militaire cette vie n’est pas idéale professionnellement parlant car la plupart vous diront qu’ils se sont enrôlés pour vivre du concret.

Mais…

Pour la famille, c’est idéal. Les tout-petits ont la chance d’avoir un papa à leurs côtés au quotidien et ça n’a pas de prix.

Dans mes articles au sujet de la vie militaire, j’écrirai nos différentes expériences vécues autant par rapport à la famille, aux enfants, que par rapport à la maman, et amoureuse, de son côté. Ainsi, je souhaite partager mon vécu pour aider ceux dans la même situation et pour illustrer ce à quoi cette vie peut ressembler aux gens qui vivent une vie « civile ».

Publicités

7 réflexions sur “Vie militaire

  1. Etolane (@Etolane) dit :

    En mon coin de brousse, il y a une base militaire. J’en croise beaucoup au IGA. L’été dernier, j’ai même réalisé qu’en allant chercher ma fille a l’école, j’avsis mis le pied dans un nid de papas à la maison. Après enquête pour une chronique radio, j’ai appris que c’était tous des soldats blessés! Bref j’avoue être curieuse de lire ton vécu en cette énigmatique communauté 😉

    J'aime

  2. Nathalie dit :

    Un papa qui part, je connais ça… C’est toute la semaine, toute l’année! Mon mari est camionneur et nous le voyons entre 5 et 8 jours par mois. On s’habitue et l’absence ne se ressent plus autant. Il peu même y avoir certains avantages…. Quand on n’a pas le besoin de tout ranger et que la vaisselle peut rester sur le comptoir ou le linge pas plié. Le plus dur reste sûrement quand on a besoin d’aide et qu’il n’est pas là.

    J'aime

    • Julie R-Bordeleau dit :

      Effectivement, il y a certains avantages. Ce avec quoi j’ai le plus de difficulté est la journée du départ et le retour selon si la routine est très chamboulée. Tranquillement, on s’habitue… Je vous lève mon chapeau, ça ne doit pas être toujours évident.

      J'aime

  3. Etolane (@Etolane) dit :

    Est-ce vraiment un monde à part? Souvent, en croisant des militaires en uniformes au IGA, je me demande ce qui fait cette bulle qui les distingue. J’avoue que je suis une hippie recyclée 😆 Je pense plus à l’amour qu’a la guerre. Et j’avoue que je pense pas que je serais à l’aise en cette bulle.. c’est sûrement pour cela qu’elle m’intrigue 😉

    J'aime

    • Julie R-Bordeleau dit :

      C’est un monde à part dans un certain sens je crois. Le mode de vie militaire peut-être très différent. Au travail, ils sont évalués quatre fois par année. À chaque fin d’année une évaluation plus formelle est faite. Il y a ensuite un « ranking » au niveau national qui va déterminer les militaires sont en position d’avoir une promotion, etc. Cette hiérarchie, je ne l’ai vraiment pas vécue en étant prof. Peut-être y a-t-il des professions qui fonctionnent comme ça, mais je n’en connais aucune autre.
      La manière de fonctionner lors des promotions, les gens sont envoyés là où ils ont besoin. Tu peux donc être à Québec et être muté à Yellowknife ou tu peux venir du BC et devoir aller vivre à Halifax! Pour l’avoir vécu à 2 reprises, 3 bientôt, cela existe beaucoup de lâcher prise sur certains aspects de ta vie et de certains de tes rêves et une tonne de résilience.
      En plus de cette incertitude qui arrive presqu’à chaque année, se greffe des départs plus ou moins longs des militaires pour diverses raisons: exercice, mission, formation, tâche, etc.
      Est-ce que la vie militaire est un monde à part? Je ne croirais pas. Est-ce un réalité très différente? Oui!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s