Aujourd’hui, j’ai mal à ma vie de maman de famille militaire…

Voici un cri du coeur que j’ai rédigé en quelques séances depuis les dernières semaines. Novembre aura toujours été ma bête noire. Je n’osais pas trop publier, mais si ça peut aider quelqu’un dans une situation semblable à se sentir moins seule, j’ose.  Au nom de ma santé mentale et de celle de toutes les mamans, prenons soin de nous.  On pourrait reformuler le dicton « Happy wife, happy life » par « Happy mommy, happy family ». Le défi: mettre le doigt sur ces choses qui rendent maman heureuse et les faire.


Aujourd’hui, j’en ai assez. Je voudrais seulement faire une immense pause et oublier tout ce fardeau qui me pèse sur les épaules: la vie de famille avec un papa qui n’est pas là la semaine ou qui sera absent complètement par période, la vie de maman solo à temps partiel, la vie de femme que j’ai oubliée cachée quelque part Dieu sait où, la vie d’amoureuse qui est en train d’oublier qu’au départ notre famille était un couple…

Nous tentons du mieux que nous pouvons de faire les bons choix pour chacun des membres de notre famille. Les enfants semblent relativement bien se porter, on remédie comme on peut pour qu’ils vivent la situation actuelle le mieux possible. Tous les enfants, oui et non, car nous en avons un qui est plus anxieux et avec qui c’est moins évident dans les périodes d’adaptation au changement. Quand le stress est palpable, il ne comprend pas ce qui se passe et ne sait pas comment réagir. Quant à eux, les parents essaient de s’y faire en allant jusqu’à mettre leurs besoins de côté pendant un certain moment le temps le temps de laisser tomber la poussière…

… mais…

Le noyau familial étant scindé en deux depuis près de 3 mois, l’une partie s’ennuie, l’autre s’essouffle. À force de vouloir tout donner, la maman est en train de se brûler. « Prends soin de toi » lui dira son entourage, mais avec une maisonnée à tenir en ordre au cas où il y aurait une visite, trois enfants à éduquer de son mieux et la distance relative qui la sépare de la famille élargie, le temps pour soi est très limité. Au détriment de son sommeil, elle tente de relaxer le soir lorsque tout le monde dort. Au détriment de son sommeil, elle vaque à ses obligations afin qu’elle puisse profiter un peu de ses enfants lorsqu’ils sont avec elle. Au détriment de son sommeil, elle tente de poursuivre ses projets personnels auxquels elle tient mordicus afin de ne pas négliger ses ambitions qu’elle a trop longtemps oubliées. 15241364_10154035399501931_2890026318831185934_n

…mais…

Maman à la maison, elle a mis de côté ses rêves, ses ambitions, ses loisirs, sa forme physique pour se consacrer à sa petite famille. Ayant sombré auparavant, elle ne désire pas retourner dans la grisaille malgré les conditions favorables pour se faire (elle connaît trop bien le cercle vicieux qu’elle tente éviter du mieux qu’elle peut). Elle tente de trouver un équilibre, si difficile à atteindre.  Ses paradigmes sont sans cesse remis en question ayant fait des choix en marge de la majorité.

 Elle aurait besoin de son homme auprès d’elle à temps plein, pas seulement deux petites journées à peine la fin de semaine, pour la rassurer, lui dire que tout va se placer. Certains diront que 48h, c’est mieux que rien, mais est-ce que ça l’est vraiment? Par chance, il y a du support d’offert par les Forces, car présentement, la Force Conjointe ne se sent pas très forte… au bout du rouleau, les séances de psychothérapie feront le plus grand bien.

Si jamais vous me croisez, sachez que derrière mon « ça va » se cache une certaine amertume sur laquelle je suis en train de travailler activement. En espérant qu’elle s’atténuera avec la mise en place des solutions que nous avons choisies et la venue du congé des Fêtes…

Pour ceux qui sont dans la même situation, j’oserais vous dire de demander de l’aide. Personne n’est invincible. Une personne forte est, selon moi, une personne capable de demander et d’accepter de l’aide lorsqu’elle en a de besoin.

Publicités

4 réflexions sur “Aujourd’hui, j’ai mal à ma vie de maman de famille militaire…

  1. dothy15 dit :

    Julie ! Julie ! Julie ! Que te dire à part : je comprends et je sais… ce que tu traverses, je l’ai vécu plusieurs fois et tout récemment l’été dernier durant une absence de 2 mois. Évidemment ce n’était pas la première fois qu’il partait… c’était la première fois par contre que je me retrouvais seule avec 4 enfants à temps plein à la maison. Je me suis perdue voulant tout gérer, voulant prouver aux autres mais surtout à moi-même à quel point j’étais forte ! Une mère à 250% et rien d’autre. Ma famille je la vois comme un bateau… et pour que le bateau flotte agréablement sur des eaux calmes il nous faut deux mâts et deux voiles. Si un mât avec sa voile manque, le bateau dérive, perd son équilibre, la mer s’agite et rien ne va plus. L’équilibre en perpétuel déséquilibre à cause d’un métier ! J’ai d’ailleurs écrit un jour un article dans le journal des bénévoles de Valcartier qui relatait justement de ce fragile équilibre ! 😉 Ceci étant dit ce que je veux que tu retiennes c’est que les choses reprennent leur place. Peu à peu… un pas à la fois… Repense tes priorités : laisse tomber le ménage, accepte que tu ne peux pas tout faire ! Ensuite, connecte-toi le plus souvent possible à tes enfants. Ils sont tes guides et sont branchés à ton coeur en direct ! Tu le sais mais je te le redis… ils sont ta boussole. Ils sont là pour t’amener à vivre l’instant présent. Ensuite, évidemment que tu dois prendre soin de toi et évidemment que c’est quasi mission impossible quand on est monoparentale… mais vas-y à coup de 30 min par jour pour faire quelque chose que TU aimes… pour la femme en toi. Enfin, comme tu l’as dit si justement, avant d’être une famille vous étiez un couple…. et vous êtes toujours un couple ! Alors blottis-toi dans les bras de ton cher et tendre, pleure sur son épaule si tu en as besoin, dis-lui ta colère, nomme-lui ton chagrin car la force d’un couple, en plus de l’Amour, c’est la communication… et en retour écoute-le se confier à toi. J’ai vécu beaucoup beaucoup beaucoup de choses en seulement 36 ans… cela fait 16 ans que je suis avec l’homme de ma vie, on a traversé des tempêtes où peu de couples se seraient sortis indemnes… mais on est toujours ensemble, plus forts que jamais… et la Vie continue !
    Je t’envoie toute mon amitié virtuelle, d’une femme de militaire à femme de militaire, d’une femme à une femme ! Et si jamais tu es encore à Valcartier l’été prochain, ce que je ne vous souhaite évidemment pas, bah moi je serai là ! 😉 xxx

    Aimé par 1 personne

  2. Eric Letourneau dit :

    Toutes mes pensées sont avec toi en cette traversée de la vie sur le « Cruise control » que notre situation familiale, sociale et Professionnelle nous impose faisant volte face à nos désirs et besoins personnels. Il n’y a pas de recettes miracles que d’accepter sans résilience ce fait et se réserver quelques temps pour soi et effectivement, avoir la force de demander l’aide nécessaire et indispensable… Ce que tu vis est tout simplement et purement humain. Amicalement Eric L

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s