Julie

Le parentrepreneuriat: Oser vivre sa marginalité tout en participant au bonheur familial!

Ceux qui me connaissent savent à quel point je travail fort sur mes différents projets pour réussir à travailler de la maison.

Pourquoi j’ai fait ce choix?

Parce que lorsque je suis devenue maman, j’ai réalisé je voulais offrir un rythme de vie plus zen qui répond aux besoins de mes enfants.La routine habituelle métro-boulot-dodo ne nous convenait pas, surtout avec notre style de vie de famille militaire.

Les défis du parent à la maison

Une chose qui est très difficile lorsqu’on choisit d’être parent à la maison est sans aucun doute la perte de salaire du parent qui reste chez soi.  Personnellement, j’ai été élevée par mes parents avec comme trame de fond d’aspirer être une femme indépendante et autonome financièrement. Ce sont des croyances qui m’ont été inculquées pendant mes jeunes années et qui sont très ancrées en moi.  Le féminisme a eu son impact comme ça chez nous. 

Par contre, j’ai fait des choix pour notre famille, de mon gré, et j’ai choisi de rester à la maison avec nos enfants pendant leur préscolaire pour leur permettre de vivre une enfance digne de ce nom.  Je ne juge pas les gens qui choisissent autrement.  J’ai écouté mes convictions profondes et j’ai fait mes choix en conséquence.  Par contre, lorsqu’on a mon bagage, ce discours interne de devoir contribuer au revenu familial (même si le revenu de mon conjoint nous permet de vivre comme nous le souhaitons) revient sans cesse. Comme j’aurais préféré être satisfaite de m’occuper à temps plein de mes enfants « seulement » sans que cette voix dans ma tête me dise que ce n’est pas suffisant.

Ma solution

J’ai réfléchi, je me suis posé des questions, j’ai eu des hauts, des bas, des idées, des déceptions, mais j’ai choisi une voie: celle du parentrepreneuriat.J’ai commencé mon chemin vers le parentrepreneuriat avec un blogue. Au départ, je voulais partager ce que je faisais avec les enfants pour me valoriser un peu plus moi-même tout en faisant quelque chose qui aide les gens, qui me donne une voix et me sorte de mon isolement. J’ai cherché et cherché les avenues possibles pour me créer un revenu. Ça aura pris bien des essais, des erreurs, des webinaires, une formation en lancement d’entreprise, des remises en question, des relations et DU COURAGE pour enfin me bâtir une vie professionnelle à mon image.

Un cheminement en montagne russe

C’est grâce à mes blogues que j’en suis là aujourd’hui.  C’est l’écriture qui m’a permis de prendre du recul, de me poser des questions sur les vraies affaires et d’oser foncer et partager mes opinions et mon expérience quelque peu marginale.  Au fil de mon aventure, j’ai eu la chance de me bâtir une tribu qui m’aide à devenir une meilleure version de moi-même chaque jour, à voir différentes perspectives, à me présenter des occasions en or et à croire en qu’il est possible de changer les choses à son échelle.

Une ressource existe pour t’aider!

Une chose qui m’a manqué est un outil clé-en-main pour me guider dans mes réflexions, pour me présenter les options possibles quand on décide de travailler de la maison. Pour sauver un peu de temps et de crises de remise en question! Parce que ne connaissant pas d’entrepreneur dans mon entourage immédiat, je ne trouve pas toujours ça facile de tracer sa propre voix.  Cet outil, bien il existe à présent. Ce sont deux de mes collègues virtuelles et coauteures de notre livre L’Éducation à domicile au Québec qui l’ont créé: Marie-Eve Boudreault et Marie Noël Marineau.  Dans leur formation Parentrepreneur, elles présentent tous les aspects liés de près ou de loin à ce mode de vie. J’ai eu la chance de réaliser leur formation et comme j’aurais aimé avoir cette ressource quand je me cherchais!

Un choix que je ne regrette en rien!

Bien que mon choix de rester à la maison comporte son lot d’incertitude et d’apprentissages de toutes sortes, je ne reviendrais jamais en arrière. J’ai réussi à tisser mon parcours et ma voie sur mesure pour réussir à vivre mes passions si différentes soient-elles tout en développant des compétences de toutes sortes. Non, ce n’est pas facile. Oui, ça prend de l’énergie. Oui, on sort de notre zone de confort. Oui, on doit composer avec l’instabilité financière. Mais c’est de cette façon que je sens que je m’épanouis le plus.

Grâce à toutes mes rencontres au fil des années depuis le début de mon processus, je peux enfin affirmer que je suis travailleure autonome et que j’allie la pige et l’entrepreneuriat.

J’aime être celle qui fait partie de la catégorie « Autre » dans une formation destinées aux enseignants. J’aime être la « maman au bébé » à une édition des Tablettistes.

J’aime pouvoir être disponible pour mes enfants lorsqu’ils sont malades. J’aime être en mesure de nous offrir un rythme de vie plus calme que ce que nous viverions si je travaillais à l’extérieur.

Pour toutes ces raisons et celles que je ne nomme pas, je suis convaincue que j’ai fait le bon choix pour MOI et ma FAMILLE.

Et pour la période de transition que nous allons vivre bientôt (changement de carrière de papa à l’horizon), je sais que peut-être je devrai travailler à l’extérieur, mais d’ici là je vais mettre les bouchées double pour augmenter mes revenus et me permettre de rester à la maison malgré les défis qui se pointeront le bout du nez!

Le parentrepreneuriat: Oser vivre sa marginalité tout en participant au bonheur familial!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :