Julie

Mon histoire de remise en forme

Cet automne, pour une Xe fois, je me disais que je devais recommencer à m’entraîner. Je suis une sportive de nature et pourtant lorsque je suis devenue maman, j’ai graduellement arrêté de bouger. J’ai fait des tentatives de recommencer sans vraiment le faire pour vrai. Comme s’il y a avait toujours quelque chose qui se mettait au travers de mon chemin.

Se laisser porter par le flow quotidien

Lors de ma première grossesse, ça aura été un décolement du placenta quelques heures après, étrangement, avoir fait du spinning. Le temps de me remettre de cette grossesse que je retombais enceinte. Évidemment, j’ai fait attention car que je ne voulais absoluement pas vivre la même chose. Je me suis informée au sujet des programmes de Beachbody entre bébé 2 et bébé 3, mais je trouvais que ça revenait cher d’acheter ses programmes à la pièces (allo???) Et ensuite, une troisième grossesse difficile a été écourtée à 18-19 semaines et une quatrième grossesse pendant laquelle j’ai eu des saignements vers 14 semaines. Tout pour m’enlever le goût de m’entraîner. J’ai fait un peu de yoga au travers, mais l’habitude n’est jamais vraiment revenue. Après la naissance de notre petit troisième, j’étais fatiguée, en grand manque de sommeil, et sutout, en résilience de survie. En quoi?

En résilience de survie, tsé quand tu as peine à garder la tête hors de l’eau et que tu te sens fréquemment « overwhelmed », comme ils disent. Notre beat de vie de famille militaire m’avait rattrapée après notre 2e déménagement en 3 ans, orchestré en un seul mois, et un bébé de 6 mois dans les bras.

Ma priorité aura alors été ma santé mentale.

J’ai eu la chance d’avoir eu recours aux services d’une travailleuse sociale, aussi coach PNL, du Centre de la Famille de Valcartier qui m’a fait le plus grand bien. Ça m’aura pris environ 1 à 2 ans pour retrouver le cap, lâcher prise et connecter avec ma bienveillance, autant envers mes enfants qu’envers moi-même.

Alors que j’avais une autre envie de recommencer à m’entraîner, en allant nager le matin cette fois, j’ai dû la mettre de côté parce que mon homme partait en exercice… et je n’ai plus eu envie de m’y remettre pour un bout.

Les effets de la sédentarité

Je n’étais pas en forme, j’étais fatigué très souvent. Je me suis intéressée à l’herboristerie et à l’aromathérapie pour m’aider un peu. Je dois avouer que je ne dormais pas bien, ni assez. De plus, le manque de régularité dans nos horaires me déstabilisait et un beau jour alors que papa était en restriction imposée, lire ici travaillait à Kingston pendant que nous restions encore à Québec, nous avons eu une belle surprise. Un nouveau bébé! Mon corps s’est donc afféré à la tâche et le seul fait de suivre mes 3 boys ne m’a guère donné le goût de bouger davantage.

J’ai accouché 2-3 semaines après que nous soyons déménagés (enfin!) à Kingston. Au travers des boîtes, des rénovations, de la nouvelle vie et de mon lancement d’entreprise, qui est toujours en cours, je n’ai pas ajouté l’activité physique à mes priorités. Pourtant, après mon accouchement, j’ai commencé à ressentir de plus en plus de désagréments de mon cycle hormonal. Des maux de dos, de la grosse fatigue pendant deux à trois semaines… selon mon sommeil, une journée ou plus par mois où je voudrais être sur une île déserte une fois par mois, tu vois le topo?

Malgré tous, je réussais à avoir de belles journées, mais toujours en composant avec ce manque d’énergie et de sommeil.

J’ai repris le goût de la marche lors de notre voyage aux États-Unis. Nous avons eu un voyage à saveur National Parks en grande partie et ça m’a rappelé à quel point j’aime la nature, m’y promener et bouger.

Death Valley, Avril 2018

Grandir, c’est un processus qui demande du temps

J’ai commencé à me renseigner et à lire davantage sur les phases du cycle féminin et les phases de la lune. Petit à petit, je voyais que ce que je vivais y était relié…

Une parole qui a tout changé

En parallèle, je regardais aller cette femme inspirante. Crinquée de l’éducation, je l’ai connue via Twitter et l’ai retrouvée aussi sur Instagram (j’aime bien Instagram!). Elle avait entamé une remise en forme et en santé il y avait environ un an. Elle avait tellement parcouru de chemin et témoignait de son parcours via les réseaux sociaux. Et là, alors que je commentais une de ses publications en lançant comme ça qu’il faudrait bien que je recommence à m’entraîner, elle m’a dit une chose si simple:

Personne ne va le faire à ta place.

Marie-Andrée Ouimet

BAM! Une évidence même qui est allée directement shaker mon subconscient.

Et non, personne ne le fera à ta place.

Si tu ne prends pas ce temps pour toi, pour bouger, personne ne le fera.

Et, j’ai embarqué dans son groupe de remise en forme. J’ai fait une Clean Week (Hé oui de Beachbody!!) et ensuite, je me suis payé un abonnement de Beachbody On Demand (Yes, ils offrent le streaming maintenant, donnant accès à TOUS leurs programmes et plus encore) pour débuter un premier programme et avoir accès à tous les autres pour l’année entière. Un investissement que je suis bien heureuse d’avoir, enfin, fait. Nous payons des activités physiques, mais rares sont les fois où je m’en suis payé. J’ai fait du yoga une session, back in the days, mais je n’ai pas poursuivi parce que ce n’est vraiment pas donné.

À ce jour, je viens de compléter de A à Z mon premier programme: PiYO. Je l’ai adapté à mon rythme, à mon cycle d’énergie (bien malgré moi!) et j’en ai ressenti les bienfaits dès la troisième semaine! Mes maux de dos sont partis, je sens que j’ai plus d’énergie même lors des momens où j’ai une baisse d’énergie généralisée. Et par la force des choses, j’organise davantage mes journées et me sens vraiment moins dépassée au quotidien.

Février 2019

Enfin, j’ai repris cette habitude qui me fait tant de bien. Tranquillement, par la force des choses, je m’organise plus facilement. La vaisselle traîne moins longtemps sur le comptoir, c’est un gros signe!

Se fixer des objectifs

Mon objectif pour décembre 2018 était de bouger 5 fois 30 minutes par semaine. Je l’ai presque réussi, j’ai eu une moyenne de 4,63 entraînements par semaine. Considérant que je bougeais seulement en accomplissant mes activités quotidiennes trois mois avant, je suis super fière de ce que j’ai accompli cet automne.

Cet hiver 2019, je me suis fixée deux objectifs qui concernent d’autres aspects de ma santé:

  • Boire 75 oz d’eau par jour (3 gourdes de 24 oz)
  • Dormir 7 heures par nuit.
  • Continuer de bouger entre 3 et 5 fois par semaine (selon mon cycle d’énergie)

Trois gros défis qui me permettront d’être encore plus en forme et disposée pour ma famille et les millions de projets que j’ai en tête!

Et toi, est-ce que tu prends du temps pour toi? Est-ce que tu te fixes des objectifs de temps en temps?

Saches que si tu as besoin d’aide, je suis là pour ça! Je sais à quel point ça peut être difficile de briser l’inertie et de passer à l’action et avoir un réseau de soutien fait toute la différence. Écris-moi!

Mon histoire de remise en forme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :